Giovanni Lo Presti - Rendez-vous épicurien

Article
Vendredi 19 Octobre 2018
Pamela Chiuppi

Giovanni Lo Presti ? C’est le designer italo-suisse qui a imagina le concours de créateurs Montreux Moda. C’est lui, aussi, qui habille les stars, tout comme les ménagères en taille 44. Il écume les « fashion weeks » du monde entier. Et en 2019, il fêtera ses 15 ans de métier. Plongeons dans l’unviers de ce créatif en faisant tchin-tchin avec un verre de gamaret-garanoir genevois.

Légende : Pamela Chiuppi & Giovanni Lo Presti

Pour nos retrouvailles épicuriennes, j’ai convié Giovanni à la Brasserie des Halles de l’Ile, à Genève. Un lieu animé, alternatif et familier de la scène «fashion», tout en restant très classe. Le restaurant est animé : c’est la pause de midi dans le quartier des banques. Nous sommes donc entourés de cols blancs dans une ambiance cosy. A la carte ce midi urbain , le «terroir» est à l’honneur. Sur la terrasse avec vue sur le Rhône,  nous sommes perchés près d’une table haute. Devant nous, un copieux cheeseburger-bacon maison (viande 100% suisse, Gruyère doux AOP), accompagné de frites de patates (douces) et d’un verre de gamaret garanoir «Les Belles Filles» de la Cave de Genève : «Salute!»

Enfance et premiers vins

Giovanni a grandi sur la Riviera vaudoise, région viticole par excellence. C’est son grand-père qui l’a initié au vin. «Jusqu’à l’âge de 25 ans, je ne buvais que du vin blanc! Et puis, d’un seul coup, j’ai viré au rouge!» s’amuse-t-il. Cela ne l’empêche pas d’apprécier les vins suisses, comme le «Chorus» son préféré, un vin blanc doux de St-Saphorin/Lavaux AOC alliant gewürztraminer et pinot gris, ou en rouge, le « Distinguo » de la Cave de la Côte AOC (Collection Inspiration), un assemblage de cabernet franc, de gamaret et de merlot.

Giovanni a l’âme voyageuse. En parlant de culture œnologique, il s’arrête sur son voyage épique en Australie, à la rencontre de sa famille de là-bas (dont sa tante, productrice d’huile l’olive). Ses cousins l’avaient alors emmené à la découverte des vignobles de la Barossa Valley. Depuis, Giovanni apprécie un verre le soir en rentrant chez lui, avec quelques noix de macadamia, histoire d’allier plaisir et détente. Le traditionnel et festif Lambrusco, ainsi qu’une Pata Negra d’Argentine affirmée, sont aussi deux incontournables de sa cave. Mais pour lui, l’apothéose réside dans la magie des alliances entre vins et chocolats (suisses, évidemment !) qu’il a découvertes à Crissier avec le Chocolatier Vincent Kuonen, «une expérience unique riche en saveurs».

O sole mio…

“O sole mio…” Giovanni retourne très régulièrement en Italie, enfoncer ses racines dans la terre de ses ancêtres, s’imbiber des ambiances villageoises, des couleurs flamboyantes et méditerranéennes des Égades «où le temps semble s’être arrêté». Défenseur de la classe intemporelle des Italiens, Giovanni porte l’Italie dans son ADN et son art de vivre. Pas de compromis sur la pasta, ni sur un bon verre de Nero d’Avola, distinctif de sa Sicile natale qu’il retrouve chaque été, un sas de décompression aussi essentiel que précieux pour Giovanni. Mais là, au bord du Rhône en septembre, le caractère et les formes me  brûle les lèvres: l’époque des top modèles de type «cure-dents» est-elle bien révolue? Un sujet dépassé, pour l’ami Giovanni, qui a pris sa revanche sur les considérations de poids depuis longtemps. «Les femmes du Sud de l’Italie ont toujours été au cœur de mon inspiration, à l’image des icones Sofia Loren et Claudia Cardinale, ou encore Sabrina Ferilli et Maria Grazia Cucinotta.» sourit-il. Le style Giovanni Lo Presti fait la part belle aux étoffes fluides et confortables, et propose une ligne XL depuis le début de son activité de styliste. Les stars comme Laura Pausini apprécient d’ailleurs les modèles imaginés par Giovanni, ainsi que sa personnalité solaire qui aime la vie. «Pour la saison froide, j’ai tout misé sur le confort! J’ai dessiné ma ligne de vêtements dans un esprit cocooning dans des tons minéraux, neutres et automnaux.» annonce-t-il. Sauvés! Nous pouvons donc finir nos frites et notre burger sans le moindre complexe! 

En sortant du restaurant, Giovanni est inspiré par les lieux. Et l’automne est la saison parfaite pour les évènements mêlant gastronomie et mode... Alors que mon imagination s’envole,  Giovanni me lance «En 2019, pas de Montreux Moda. La manifestation sera remplacée par de nombreux petits évènements, pour fêter mes 15 années de couture et de design». Et pour parfaire ce cycle d’accomplissement, il me confie qu’il deviendra papa! Ce tournant promet d’inspirer son esprit créatif, lui qui aime fédérer les différents types d’art comme la musique, la danse et la mode. A quand une alliance avec le vin avec un grand V?