Brigitte Romanens - Rendez-vous épicurien

Article
Jeudi 18 Mai 2017
Knut Schwander

Le regard enthousiaste, déterminé et sensible, le verbe précis et souriant, Brigitte Romanens-Deville, directrice du Theâtre de Vevey – Le Reflet, nous dévoile quelques facettes de son métier-passion, le théâtre, au cours d’une croisière gourmande au large des vignobles de Lavaux et de la Riviera lémanique. 

« Ce matin, j’ai justement rédigé ma demande d’adhésion à la Confrérie des Vignerons ! »,  lance Brigitte Romanens-Deville,  la volubile et pétillante directrice du Théâtre de Vevey - Le Reflet. Voilà qui tombe à pic, pour ce premier rendez-vous d’une série de rencontres avec des personnalités suisses. Des rencontres autour d’une table et d’un verre de vin, suisse, évidemment ! Un Côte des Abbayes en l’occurrence, un Dézaley dont on aperçoit le coteau par les fenêtres du Salon Belle-Epoque du vapeur Savoie. Au menu, perches, omble... et passion.

La passion du théâtre qui n’a jamais quitté Brigitte Romanens-Deville depuis sa jeunesse à Lyon. C’est là-bas qu’elle avait rencontré Thierry Romanens. Oui, l’acteur et aussi Dicodeur à la radio! C’était il y a trente ans. « C’est donc l’amour qui m’a amené en Suisse. J’étais assistante sociale et lui psychomotricien ». Ensemble, ils s’installent à Monthey. Et pendant leurs temps libre, ils se consacrent au Théâtre. Un passe-temps qui très vite prend le dessus: « Avec Pierre Genoud, on a lancé le spectacle Bretelles 007: on a tourné pendant quatre ans ». Après ce succès, Brigitte et Thierry restent unis dans la vie: ils ont deux enfants. Mais, chacun d’entre eux poursuit sa route théâtrale de son côté.

Shakespeare sur l’île d’Ogoz

Brigitte joue Shakespeare sur l’île d’Ogoz, au milieu du lac de la Gruyère : « C’était magnifique, les spectateurs arrivaient en bateau à la tombée de la nuit ». Pas dilettante, elle obtient son CAS de gestion culturelle, clé d’un nouveau pan de sa carrière : elle prend la direction du théâtre de l’Echandole, à Yverdon-les-Bains. Brillante et enthousiaste, elle le fait vivre pendant douze ans, lui donne un style, y apporte sa signature. Celle de l’ouverture.

« Puis, en 2012, j’ai pu reprendre la direction du Théâtre de Vevey ».  Signature oblige, elle le rebaptise Le Reflet : « Il y a quatre théâtres à Vevey et je voulais éviter toute rivalité. Et puis, le théâtre est un reflet de la vie». Une vie riche et variée, puisqu’à l’affiche de la saison prochaine, il y a cinquante spectacles prévus. Une programmation à large spectre, riche en surprises, où se succèdent des oeuvres contemporaines et des classiques, des vedettes internationales et des spectacles destinés aux familles.

Poésie et détermination

Un programme ouvert, mais ciblé, comme le regard gris-bleu, à la fois déterminé et poète de la directrice: « Je tiens à ce que ce théâtre ait une identité forte ». D’où le nouveau nom et la ligne graphique confiée à Fabian Sbarro (oui, le fils de Franco Sbarro, le designer de voitures !) qui créé les affiches et les programmes immédiatement identifiables. Mission accomplie, donc, pour Brigitte Romanens-Deville: « Le plus beau compliment que l’on m’ait fait, c’est celui d’une spectatrice qui m’a dit : je viens au théâtre sans connaître la pièce ou le spectacle, mais en sachant que c’est vous qui l’avez programmé ».

Effectivement, cette mosaïque de pièces de théâtre et d’opéras, de spectacles de danse et de concerts n’est pas le fait du hasard. Pour remplir une salle de sept cent places, il faut un regard sûr et une quête assidue. Ses coups de coeur, Brigitte les déniche en parcourant la Suisse romande, mais aussi à Paris, à Lyon, à Lille ou à Bruxelles, et dans les festivals d’Europe: « Mes critères sont la proximité, l’excellence, l’enrichissement et l’enthousiasme ».

Excellence et proximité... jusqu’au bar

Des critères qui s’appliquent à l’ensemble des activités du théâtre. Jusqu’au bar, où les en-cas et les cookies sont faits « maison », où les jus sont valaisans, les bières locales et les vins de la région:  « Le monde du vin me touche et j’ai beaucoup de plaisir à rencontrer les vignerons et à faire découvrir leurs crus aux artistes. Je me réjouis aussi de la collaboration qui va naître avec les préparatifs de la Fête des Vignerons ». Une fête qui viendra ponctuer la 150ème saison du Théâtre de Vevey.

Mais voici que retentit la sirène du Savoie : « Vevey, Vevey; à l’avant le débarquement» La croisière se termine. Brigitte Romanens-Deville, elle, va bientôt embarquer sur un autre bateau, à Venise, où elle participera à la Vogalonga, une course d’aviron: 32 kilomètres dans un décor unique! Poésie et détermination, on y revient.